Le sens de l'anonymat chez A.A.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le sens de l'anonymat chez A.A.

Message par Les serviteurs du forum le Mar 18 Oct 2011, 16:36

Le sens de l'anonymat

« L’anonymat est la base spirituelle de toutes nos Traditions
et nous rappelle sans cesse de placer les principes au-dessus des personnalités. »
Quel rôle joue l’anonymat chez les Alcooliques anonymes ? Pourquoi en parle-t-on comme de la principale protection dont dispose le Mouvement pour assurer sa survie et sa croissance ?
Quand on considère l’histoire des AA, de ses débuts en 1935 jusqu’à maintenant, il apparaît clairement que l’anonymat remplit deux fonctions différentes mais tout aussi vitales l’une que l’autre :
Sur le plan personnel, l’anonymat permet aux membres de ne pas être reconnus comme alcooliques, ce qui constitue souvent une garantie particulièrement importante pour les nouveaux.
Au niveau de la presse, de la radio, de la télévision et du cinéma, l’anonymat fait ressortir l’égalité de tous les membres dans le Mouvement en mettant un frein aux ambitions de ceux qui pourraient autrement chercher à se servir de leur appartenance aux AA pour se faire reconnaître, ou pour obtenir du pouvoir ou des avantages personnels.

L’anonymat dans les relations personnelles
Dès le tout début, le mouvement des AA a garanti l’anonymat personnel à tous ceux qui assistaient aux réunions. Les fondateurs et les premiers membres, eux-mêmes des alcooliques en rétablissement, savaient par expérience combien la plupart des alcooliques ont honte de leur façon de boire et combien ils ont peur que leur condition ne soit révélée au grand jour. L’alcoolisme était très mal vu socialement, et les pionniers reconnaissaient que l’assurance de la confidentialité s’imposait s’ils voulaient réussir à attirer d’autres alcooliques et les aider à devenir abstinents.
Au fil des ans, l’anonymat s’est avéré l’un des plus beaux cadeaux offerts par les AA à l’alcoolique qui souffre encore. Sans cette garantie, plusieurs n’auraient jamais assisté à leur première réunion. Même si l’alcoolisme est, jusqu’à un certain point, moins mal vu aujourd’hui, il est encore très difficile, pour la plupart des nouveaux membres, d’admettre leur problème d’alcool ; cela n’est possible que dans un environnement protégé. L’anonymat est nécessaire à cette atmosphère de confiance et de franchise.
Même si la discrétion est précieuse pour les nouveaux, on remarque que la plupart sont impatients de partager avec les membres de leur famille la bonne nouvelle de leur appartenance aux AA. Mais ce choix leur appartient en propre, car le Mouvement dans son ensemble vise à permettre à chaque membre de demeurer aussi anonyme et protégé qu’il le désire, ou au contraire, aussi ouvert qu’il le souhaite, au sujet de son appartenance aux AA - pourvu qu’il n’oublie pas que l’anonymat, au niveau de la presse, de la radio, de la télévision et du cinéma, est crucial dans le maintien de notre abstinence et de notre croissance, tant individuellement qu’en groupe.
L’anonymat dans les médias
Après ses premières années de succès, le Mouvement a créé une très favorable impression dans la presse. Des articles louangeant le mouvement des AA ont été publiés dans des magazines et des journaux à travers tout le pays et, à chaque fois, nos rangs s’élargissaient. À cette époque, tous craignaient encore les conséquences de la révélation publique de leur appartenance aux AA. C’est pourquoi les premiers articles respectaient l’anonymat des membres, par mesure de prudence.
Au fur et à mesure que croissait la sensibilisation du public au problème de l’alcoolisme, la honte rattachée à la maladie décroissait. Bientôt, certains membres ont commencé à afficher publiquement leur appartenance aux AA dans les médias. L’un des tout premiers à le faire était un célèbre joueur de baseball, dont le retour au jeu a été si spectaculaire que les journaux ont fait grand cas du succès de sa lutte contre l’alcool. Croyant qu’il pouvait aider le Mouvement en révélant son appartenance aux AA, il en a parlé ouvertement. Même les fondateurs des AA ont approuvé ses agissements, tout simplement parce qu’ils n’avaient pas encore éprouvé les conséquences d’une telle publicité.
D’autres membres ont décidé par la suite de rompre leur anonymat dans les médias, les uns animés de bonnes intentions, les autres recherchant des avantages personnels. Certains ont conçu des projets pour associer leur appartenance aux AA avec toutes sortes d’entreprises : compagnies d’assurances, centres de désintoxication et même un magazine antialcoolique, pour n’en nommer que quelques-unes.
On s’est vite rendu compte, au siège social des AA, que les briseurs d’anonymat trop zélés ou intéressés pourraient rapidement mettre en danger la réputation chèrement acquise du Mouvement. On a aussi compris qu’une seule exception en entraînerait inévitablement d’autres. Afin d’assurer l’unité, l’efficacité et le bien-être du Mouvement, il fallait rendre l’anonymat universel et en faire le gardien de tout ce que représentait AA.
En mettant l’accent sur l’égalité de tous les membres des AA et sur leur unité dans le but commun de leur rétablissement de l’alcoolisme, l’anonymat devient la base spirituelle du Mouvement. En 1946, Bill W., cofondateur du Mouvement, écrivait : « Le mot ‘anonyme’ est pour nous d’une immense portée spirituelle. Il nous rappelle, subtilement mais avec force, que nous devons toujours faire passer les principes avant les personnalités, que nous avons renoncé à la glorification personnelle en public, que notre mouvement non seulement prêche mais pratique réellement l’humilité et la modestie. »

Les serviteurs du forum
Admin

Nombre de messages : 249
Date d'inscription : 15/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum